Eclairage public : peut mieux faire

Si le collectif Landerneau pour tous se réjouit de l’écoute de la municipalité à sa demande d’extinction de l’éclairage public en ces temps de confinement il déplore par contre n’avoir été entendu que partiellement.

En effet, nous proposions que les économies générées, de l’ordre de 7 000 euros d’ici mi-mai,selon les services techniques, soient redistribuées aux parents en difficultés financières du fait de la fermeture des écoles. Les enfants déjeunent à présent tous les jours chez eux et, pour permettre aux familles les plus modestes de surmonter ce surcoût, le collectif Landerneau pour tous avait proposé que le conseil des adjoints du 14 avril dernier étudie, à l’instar d’autres communes du secteur (Brest, Le Relecq-Kerhuon, Gouesnou, etc.), de fournir une aide exceptionnelle sous forme de chèques « alimentation ».
Cette mesure solidaire aurait donc pu s’adresser aux familles bénéficiant habituellement de repas gratuits ou à tarifs réduits dans nos cantines scolaires.

La municipalité n’a pas souhaité « opter pour la solution brestoise » préférant confier cette mission à notre épicerie sociale et nous a indiquer ne pas avoir eu de demande jusqu’à présent. Comment croire que se déplacer et se présenter à l’épicerie sociale pour solliciter une aide alimentaire est une « simple formalité » pour ces parents confrontés à cette nouvelle précarité. En attendant la mise en place d’une hypothétique aide de l’Etat, le rôle d’une municipalité n’est t-il pas de prendre soin sans attendre des plus fragiles ?

Cette demande alliant mesures écologiques et attentes sociales de nos concitoyens nous semblait pourtant tout à fait aller dans le sens de l’intérêt général. Que penser de cette demi-mesure de la part de la
majorité qui durant la campagne avait pourtant mis en avant l’écologie et la solidarité ?

Nous nous interrogions également, comme de nombreux Landernéens, sur l’éclairage des vitrines la nuit, qui apparaît incohérent alors que les commerces sont fermés et que la réglementation en vigueur l’interdit. De ce côté là, pas de réponse de la municipalité. Comptons sur nos commerçants du centre ville et d’ailleurs pour appliquer cette mesure solidaire.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire