Conseil Municipal du 12 juin 2020 – Déclaration liminaire du collectif Landerneau pour tous

Lire le compte rendu …

M. le Maire, Mmes les conseillères et MM les conseillers

Nous souhaiterions ce soir nous faire le porte-parole du désarroi de nombreuses familles landernéennes. Lors de notre conseil d’installation du 23 mai dernier, vous nous avez rappelé le rôle des élus et des agents municipaux dans la gestion de la crise du Covid 19 que nous avons tous traversée avec parfois des décisions rapides à prendre. Aujourd’hui, l’heure est à la reprise dans de nombreux domaines tels que l’économie, le commerce et la culture. Reprise que vous-mêmes souhaitez rapide car, je cite, « nous en avons tous besoin ». Certes, nous avons besoin de retrouver des animations estivales telles que les concerts, la place s’anime, la piscine, etc.
Mais nous avons aussi besoin de reprendre le travail et pour cela de faire garder nos enfants.

Lors de la mise en place de la reprise des écoles en mai dernier, vous avez mis en avant le protocole sanitaire draconien exigé par l’éducation nationale pour la réouverture. Vous avez mis en avant la responsabilité de l’Education Nationale, et notamment des directeurs d’école, dans l’organisation de cet accueil des élèves. Vous avez dit aux parents « faites-nous confiance, nous allons faire au mieux ». Voici maintenant un mois que la rentrée des classes a sonné et pour de nombreux parents elle a un goût bien amer car c’est un casse-tête quotidien pour faire garder leurs enfants.

Dans nos quartiers, de nombreux parents nous ont fait remonter l’absence d’échanges entre les directions d’écoles, la municipalité et les parents. Dans certaines écoles, les parents ont été découragés de remettre leurs enfants en classe jusqu’à la fin de l’année, les conseils d’école ont été oubliés dans la co-construction de l’organisation, etc. Des parents qui sont en train de gérer la baisse de revenus, la perte d’emploi pour certains, la fragilité des familles monoparentales, ce sont de ces landernéens dont nous parlons et de leurs enfants. Combien d’enfants sont ballottés à droite et à gauche pour permettre à leurs parents de travailler ? Combien d’enfants ne font plus de vrais repas depuis qu’ils ne vont plus à l’école ?

C’est la faute du protocole me direz-vous ? Certes, il est contraignant mais pas insoluble. De nombreuses municipalités souvent moins bien pourvues que notre ville, se mobilisent pour éviter un désastre économique encore plus grand et proposent des organisations telles, que l’accueil périscolaire, pour les parents justifiant d’une obligation de travail. C’est la faute du gouvernement qui se décharge sur les collectivités locales, notamment avec le dispositif 2S2C proposé par l’Education Nationale permettant à des animateurs communaux de prendre en charge des groupes d’élèves sur le temps scolaire, direz-vous encore ? Certes mais dans d’autres domaines cette délégation de pouvoir n’est pas pour vous déplaire.

N’oublions pas que l’instruction scolaire est obligatoire à partir de 3 ans depuis septembre et cela, Mme l’inspectrice de l’Education Nationale, Mme Vaillant vous l’a rappelé il me semble. Le propre de l’Ecole, et notamment maternelle, est bien l’apprentissage de la collectivité, du vivre ensemble, ce qui ne peut se faire, seul à la maison ou ballotté de modes de garde en modes de garde. Si les enfants doivent intégrer à leur quotidien les gestes barrières et la distanciation sociale cela doit se faire collectivement et dès leur plus jeune âge. Imaginez une rentrée de septembre avec de jeunes enfants revenant à l’école après 5 mois d’arrêt. Quel désastre pour notre société, quel triomphe pour le chacun pour soi !

Dans votre communiqué du 5 mai dernier, vous indiquiez que le dispositif était susceptible d’être adapté en fonction de l’évolution du contexte local et national. Alors que c’est le cas aujourd’hui nous vous posons les questions suivantes :

  • Qu’en est-il du retour en classe des Petites Sections et Moyennes Sections à Landerneau ?
  • Ne faudrait-il pas enfin se reposer la question du nombre d’ATSEM dans les écoles ?
  • Quelles solutions pourrions-nous proposer aux parents désespérés qui ne savent plus comment faire garder leurs enfants ?

Nous pensons qu’il est urgent d’apporter ces réponses et, même si le flou règne encore sur la rentrée de septembre, il est vital de proposer des solutions aux parents avant que ceux-ci ne se tournent vers l’enseignement privé ou pire, migrent vers des communes périphériques.

Karine CORNILY pour le collectif Landerneau pour tous

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire