Un an après une première concertation dite « unique » (!) sur la partie commerciale de l’aménagement de la vallée du Leck, la seconde partie de l’enquête sur la partie habitat et zone d’activité artisanale vient de s’achever. Le collectif « Landerneau pour tous » avait alors protesté contre ce projet d’artificialisation de terres agricoles de 11,5 hectares en demandant au préfet d’intervenir comme il en avait le droit et le devoir ainsi que sur les conditions de la concertation interrompue par le confinement en demandant à M Leclerc de la prolonger. Le premier n’a toujours pas répondu, ce qui est pour le moins méprisant. Le second a refusé cette prolongation et défendu le projet considérant qu’il n’était pas dans son rôle de le combattre car il s’agit d’un projet privé parfaitement légal et que la liberté d’entreprendre et d’installation de grandes surfaces commerciales passe avant la préservation de notre environnement.

Malgré tout, le collectif « Landerneau pour tous » a examiné les documents de cette seconde enquête publique et déposé ses remarques (disponibles sur le blog de l’association) sans grandes illusions. Il en ressort :

  • que les porteurs du projet traitent cette procédure avec la plus grande légèreté au vu de l’indigence de leurs réponses aux questions de la commissaire enquêteur de la première partie et des documents erronés ou en contradiction avec la première partie de l’enquête qui sont proposés lors de cette deuxième
  • que les porteurs du projet ne tiennent aucun compte des conclusions du commissaire enquêteur de cette première enquête qui avait recommandé de « prendre des dispositions pour que le flux des clients de la zone commerciale existante ne soit pas dévié vers la voie structurante du secteur à aménager. » Ce qui n’est absolument pas le cas dans le projet présenté lors de la seconde partie de l’enquête
  • que les porteurs du projet sous-estiment les flux de circulation générés par la zone commerciale dans et autour de la partie habitation du projet avec des flux traversant les lotissements pour accéder plus vite à cette zone et un débouché sur l’allée des Mimosas qui s’annonce très compliqué et accidentogène
  • que M Leclerc en refusant de s’opposer à ce projet qui va artificialiser 11,5 h de terres agricoles, développer l’attractivité de la zone commerciale au nord de la ville et aggraver les difficultés du commerce de centre-ville est en parfaite contradiction avec ce qu’il prétend faire lorsqu’il dit vouloir lutter à travers le PLUi pour la préservation des terres agricoles et pour la défense de l’activité du centre-ville. On est face ici à un bel exemple de double-langage et de fatalisme politique !

A l’heure où toutes les nations du globe tentent désespérément de sauver la planète à la COP 26 de Glasgow, M Leclerc continue de laisser bétonner comme au siècle dernier ! Le collectif « Landerneau pour tous » ne peut lui s’y résoudre. Il fera tout son possible pour stopper ce projet aussi inutile, nuisible à notre environnement qu’anachronique. Le collectif ne laissera pas bétonner 11,5 hectares sans réagir !

Lire également l’article du Télégramme du 14/11/2021
« La vallée du Leck, un enjeu important selon Landerneau pour tous »

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire